Publié le

Bayer a déposé une plainte contre la Commission européenne

petition-bayer-syngenta

Bayer a déposé une plainte contre la Commission européenne pour qu’elle retire les restrictions imposées à l’utilisation de pesticides qui tuent des millions d’abeilles à travers le monde. Bayer et Syngenta, deux des plus importants groupes d’agrochimie au monde, soutiennent que cette interdiction est « injustifiée » et « disproportionnée ». Néanmoins, il a été prouvé scientifiquement que leurs produits contribuent à la surmortalité des abeilles, ce qui met en péril toute notre chaîne alimentaire.

La pétition date de Février mais est toujours ouverte, 1400000 personnes ont déjà signé qu’attendez-vous?

Signez la pétition dès maintenant pour dire à Bayer et Syngenta de retirer leurs plaintes abusives !

Publié le

PESTICIDES, Danger pour notre santé

conference pesticides sad

Le Syndicat apicole dauphinois (SAD) organise avec la Ville de Seyssinet et le lycée du Grésivaudan une conférence sur le thème des pesticides : “PESTICIDES” Danger pour notre santé

Nos enfants sont saturés de produits chimiques avant même d’être nés. Quelles conséquences sur leur santé? Peut-on éviter cela? Chez les adultes aussi ce que nous mangeons ou buvons a des répercussions sur notre santé. Les abeilles sont des témoins remarquables de la toxicité des pesticides. Elles nous alertent et nous incitent à agir.

Caroline Rouquier, médecin accoucheur à Grenoble, a veillé pendant de nombreuses années au bien être (bien naître), des nouveau nés. Alertée par l’impact des pesticides sur la santé, elle se forme en santé environnementale et souhaite partager les informations et les solutions concernant ce scandale sanitaire qui nous menace.

Conférencière

Caroline Rouquier, médecin accoucheur

Dates et lieux

Mardi 22 mars – 18h30 – SEYSSINET Salle Vauban – 18 rue Georges Maeder
Mercredi 30 mars – 19h30 – MEYLAN Lycée du Grésivaudan – 1 avenue du Taillefer

Venez nombreux !!!!

Publié le

Planter des haies champêtres en Isère

Planter des haies champêtres

La haie est un lieu de vie pour les oiseaux, les insectes et autres petits mammifères. Elle leur apporte abri et nourriture et vous offre un beau spectacle de la nature. En particulier, les insectes pollinisateurs (abeilles, papillons, coléoptères…), essentiels à notre survie sont très dépendants des ressources de nourriture. Les haies peuvent leur apporter tout au long de l’année un abri et une source de pollen indispensables. Agissez pour la biodiversité : choisissez vos essences en fonction de leur intérêt pour les insectes pollinisateurs.

Selon leur hauteur, leur largeur, leur forme, leur composition végétale, la manière de les tailler… les «haies» sont d’une grande variété. Elles sont classées en quatre grandes familles, (les haies libres, les haies taillées, les petits brise-vent, les bandes arbustives), auxquelles s’ajoutent d’autres formes végétales plus vigoureuses, plus proches des boisements que des haies : les grands brise-vent, les bandes boisées, les bosquets et les allées boisées.

Les haies sont le «patrimoine» de la nature. Elles témoignent tout autant de l’histoire du monde rural que de la qualité environnementale des villes. En Isère, 64 paysages différents sont recensés.

4 règles d’or pour préserver les paysages isérois

  1. Privilégiez les essences locales et évitez de planter des espèces exotiques (thuyas, cyprès, lauriers, érables negundo…) afin de respecter la diversité des paysages isérois.
  2. Plantez au moins six essences différentes pour une plus grande biodiversité et résistance aux maladies.
  3. Plantez différents étages de haie (herbacé, arbustif, arboré) qui serviront de gîte et de couvert aux coccinelles, hérissons, mésanges, chauves-souris, chouettes, chevêches….
  4. Créez de nouvelles haies et maintenez celles existantes pour favoriser le déplacement des animaux, pour lutter contre la sécheresse et pour participer à l’équilibre des écosystèmes.

Découvrez tout ce que vous devez savoir pour planter des haies grâce à cette brochure réalisée par le Conseil Général de l’Isère

Publié le

Déclaration de ruches

declaration ruches 2016 2017

Comment faire sa déclaration de ruches

La possession de ruche pour l’exercice d’une profession ou pour une activité de loisir exige la déclaration du nombre de ruches et de leur emplacement. La déclaration des ruches concourt à une meilleure connaissance du cheptel français.

Pour effectuer la déclaration de ruches, il est nécessaire d’avoir un identifiant :

  • en cas de vente de miel (activité commerciale ou agricole) : un n° Siret obtenu auprès du centre des formalités des entreprises (CFE) de la chambre d’agriculture,
  • pour les activités ne relevant pas d’un n° Siret : un n° Numagrin (à partir du Numagrit) obtenu auprès del’opérateur d’enregistrement du département où sont situées les abeilles.

Une fois la première déclaration de ruches effectuée, un numéro NAPI sera communiqué sur le récépissé de la déclaration et pourra faciliter les déclarations ultérieures.

Pour qui

Les particuliers, les groupements, les associations, les entreprises… propriétaires ou détenteurs de ruche, à des fins de loisir ou des fins professionnelles (production de miel, d’essaims, de reines, et d’autres produits de la ruche).

Quand

Les déclarations de ruches 2015 sont closes depuis le 31 octobre 2015.
Conformément à une évolution de la réglementation européenne (règlements 2015/1366 et 2015/1368), la prochaine période de déclaration de ruches, au titre de l’année 2016, se tiendra entre le 1er septembre 2016 et le 31 décembre 2016.

Pour les apiculteurs devant présenter un récépissé de déclaration de ruches actualisé avant le 1er septembre 2016 (ex : aides FranceAgriMer, aides à l’installation, mesures agro-environnementales et climatique, …), un créneau de déclaration ‘hors période obligatoire’ sera ouvert dès que possible. En cas de difficulté, merci de contacter telerucher.dgal@agriculture.gouv.fr

source : mesdemarches.agriculture.gouv.fr

Publié le

M.E.B. Miel En Banlieue [FILM]

Miel en banlieue

Miel en banlieue, un film de Florent Kolandjian et Adrien Urbin que vous pourrez visionner le 20 juin 2015 à 22h sur la chaîne Public Sénat.

Les abeilles se sentent-elles mieux en ville qu’à la campagne ? Que trouvent-elles à butiner dans un paysage bétonné comme la banlieue parisienne ? Dans le film Miel en banlieue, des apiculteurs répondent à ces questions et nous entraînent à repenser l’urbanité.

[youtube https://youtu.be/QQDWY0KoSeY]

 

Lire la suite

 

 

Publié le

Mortalité des abeilles : les coupables

mortalité des abeilles

Deux études scientifiques viennent de démontrer la nocivité des néonicotinoïdes sur les abeilles, alors que les ruches connaissent ce printemps une mortalité impressionnante. Quels sont ces produits au nom compliqué ? Des insecticides nouvelle génération. Enquête sur ces molécules dangereuses qui continuent à être déversées dans la nature.

Lire la suite sur reporterre.net

mortalité des abeilles 2

 

Publié le

« Isabeille » artiste pour la Paix

reine des abeilles

 

Ô toi, Reine des Abeilles

Depuis des lunes…
il m’arrive de vous voir, toi et tes amies…
à terre… rampant sur un vilain goudron gris.

Ô belle abeille… que se passe-t-il ?
Que veux-tu nous dire ?
La bêtise et la cupidité des hommes
finiraient-elles par avoir raison de toi ?
Te feraient-elles disparaitre de nos bô massifs colorés ?

C’est vrai qu’à ce nouveau printemps
mon oreille n’a pas vraiment capté ton  » bzzz  » habituel
signe de ton…  » magic labeur  »

Ce matin… passé,
je me fondais dans un décor printanier,
peignais un paysage tout de vert tendre
et parsemé de sublimes couleurs…

Nageant délicieusement dans mon paradis intérieur
qui prenait forme sous mes pinceaux, sur ma toile
et dans ce délicat silence, splash…
un bruit mat, un bruit violent me fait sursauter.

Qui ose déranger ce moment de perfection ?

Une de tes amies les abeilles
vient de s’écraser dans mes couleurs
comme un avion s’écrase au sol, comme pour me dire…

Isabelle… toi tu peux nous entendre,
tu peux nous comprendre.
L’Âme de toutes nos ruches huuurle son désespoir.

Ô secours, je me meurs…
Ô secours, Ô secours je me meurs !
Notre désespoir est pour nous, oui… pour nous
mais pas seulement… il est aussi pour vous, oui… pour vous !

Dame Nature nous a habitués à tant de splendeurs renouvelées !

C’est vrai, je m’interroge… et derrière ces cas isolés de désespoir
je sais qu’un drame se joue déjà dans certaines contrées
… une catastrophe annoncée.

J’ai du mal à imaginer nos vergers… stériles
nos cerisiers en fleurs… stériles, nos vignes… stériles
le regard de nos enfants, la faim dans leurs petits ventres
même dans nos pays riches à souhait.

Gaïa ne pourra plus offrir de bô fruits juteux à vos enfants.
Vous ne verrez plus pendre de bô fruits à vos arbres
comme des guirlandes sur un sapin de noël…

Nous les abeilles… nous sommes des magiciennes,
les magiciennes de vos champs, de vos prairies, de vos forêts.
Nous sommes l’âme de votre terre,
nous sommes VOTRE Abondance.

Isabelle… dis-leur de prendre vraiment soin de nous,
de nous tous…

Poème d’Isabelle Schmitt
« Isabeille » artiste pour la Paix
Co-fondatrice avec Broulaye Samaké Assoc BRF Mali

 

 

Publié le

Le bonheur au travail

Le bonheur au travail

Imaginez travailler dans une entreprise libérée, une entreprise où les employés sont en complète autonomie et entièrement libre de décider ce qu’ils jugent bénéfique pour leur travail et leur boite, le bonheur au travail !

Make money & have fun, telle est la devise de ces quelques entreprises innovantes où la créativité des salariés, la qualité et les conditions de travail sont mises au premier plan pour apporter le bonheur au travail. On pourrait penser que ça va être l’anarchie, que les chiffres et la rentabilité vont s’effondrer et pourtant la productivité est décuplée.

Donner le pouvoir aux employés, à ceux qui produisent, les mettre au premier plan, abolir la hiérarchie, le poids de l’administration, le coût du contrôle, supprimer les bullshit jobs en accordant la confiance aux employés, en redonnant du sens au travail et permettant aux acteurs de définir leurs objectifs, une méthode révolutionnaire pour vivre en harmonie avec son job et évoluer.

Une transition vers des modes de vie plus agréables ? à vous de juger, je vous propose cet excellent documentaire sur arte, actuellement en replay mais également disponible en VOD : http://info.arte.tv/fr/diffusion-du-documentaire-le-24-fevrier-20h50-replay-et-vod

Ci-dessous un extrait 

[youtube https://youtu.be/1rwKBixtRiw]

Publié le

L’agriculture paysanne expliquée aux urbains

agriculture paysanne expliquée aux urbains

 

« L’agriculture paysanne expliquée aux urbains » est une BD gratuite à télécharger (ici plus bas !).

Pédagogique et humoristique, cette bande dessinée aborde les 6  thèmes principaux de l’agriculture paysanne : autonomie, répartition, travail avec la nature, développement local, qualité des produits et transmissibilité des fermes pour permettre aux exploitants agricoles de changer de modèle, retrouver indépendance, liberté et redevenir paysan.

« La BD retrace l’expérience des parents de Michel qui à travers la rencontre de nombreux paysans de la Conf’ essaient de reprendre la main sur leur mode de production et sur le sens de leur métier. »

L’Agriculture Paysanne est née de la réflexion des paysans de la Confédération Paysanne. Elle propose des solutions afin que des paysans nombreux vivent de leur travail et en retrouvent le sens : «Produire pour nourrir et non produire pour produire. »

Destinée aux petits comme aux grands, vous pouvez la partager sans modération !

Pour télécharger la BD, cliquez sur l’image ci-dessous
L'agriculture paysanne expliquée aux urbains

Publié le

Sondage taux de pertes hivernales

 

Le printemps arrive à grands pas, les premiers rayons de soleil et l’adoucissement des températures ont permit à nos petites protégées de pointer le bout de leur nez (ou pas).. quel est le taux de pertes hivernales ?

[poll id= « 3″]

Le taux de pertes hivernales se calcule de la manière suivante : (nb de colonies perdues / nb de colonies hivernées) X 100

En France, le taux de mortalité des colonies d’abeilles se situe généralement entre 20% et 35% et ce chiffre a tendance à augmenter chaque année. Sur certains ruchers c’est catastrophique, 50% 70% et même 100% ! un drame pour de nombreux apiculteurs, amateurs ou professionnels qui finissent par jeter l’éponge. Ce n’est pourtant pas faute d’alarmer les pouvoirs publics, depuis plus de 20 ans qu’ils clament leur désarrois, leur colère et leur impuissance face à des firmes surpuissantes prêtes à tout pour vendre leurs produits de mort.

A quand une vraie enquête nationale ou internationale ? à quand des politiques courageuses qui ne s’agenouillent pas aux pieds des lobbies ?

Enfin bref, pour chaque apiculteur c’est l’angoisse, cette fois combien de ruches auront tenu l’hiver, quel sera le taux de pertes hivernales  ?

 

Apicolement !